AriegeNews TV
Venez discuter avec nous Devenir correspondant Les sites sportifs ari�geois Passez vos annonces gratuitement -
SPORT 09
Accueil
Principe
L'équipe
Prestataires
Les clubs
Les Champions
Newsletter
* Les news
Votre Sport
Aikibudo
Aikido
Alpinisme
Athlétisme
Badminton
Basket Ball
Biathlon
Billard
Boxe Anglaise
Boxe Thai
Canoe Kayak
Canyoning
Capoeira
Course à pied
Cyclisme
Cyclotourisme
Danse
Equitation
Escalade- Montag
Escrime
Ferias
Football
Football Americain
G.R.S
Golf
Gymnastique
Gymnastique Volontaire
Handball
Handisport
Jeu de boules
Judo-Kendo-Chanbara
Karaté
Karting
Katori Shunto Ryu
Kung-Fu / Shaolin
Marche... athlétiq.
Modélisme
Moto Cross-Quad
Multi activités
Natation
Paintball
Parachutisme
Parcours Aventure
Pêche sportive
Pelote Basque
Pentajeune
Petanque et Jeu Provencal
Raid aventure
Rando. Pédestre
Raquette à neige
Roller Hockey
Rugby à XIII
Rugby à XV
Sambo
Savate Boxe Française
Ski fond- ski alpin- ski alpinis
Spéléo-Canyons
Sport BOULES - lyonnaise
Sports Pompiers
Taekwondo
Tai Chi Chuan
Tennis
Tennis de Table
Tir à l'Arc
Tir toutes discipl.
Traîneau à chiens
Triathlon
Twirling-Baton
ULM
Vol libre
Volley Ball
VTT
Prévisions de la semaine

 Trail de l'Everest... mercredi 26 novembre 2003 
 Course à pied :  Alain Jimenez : un Ariégeois sur le toit du monde
 Alain Jimenez, le coureur ariégeois bien connu, qui est de toutes les courses, trail ou raquettes, a pris de la hauteur. Il concourt actuellement dans le trail le plus haut du monde : «L'Everest Sky Race» qui se déroule en ce moment au Népal.
L'Everest Sky Race 2003 est organisé pour célébrer dignement le 50 éme anniversaire de l'exploit de Tenzing Sherpa et Edmund Hillary le 29 mai 1953, par Bruno Poirier, l'instigateur de l'Annapurna Trail et de I'Himal Race. Pour mettre au point l'Everest Sky Race 03, il s'est allié à ses compères Yves Détry, guide de haute montagne et Jérôme Edou, directeur de Base Camp. Une compétition par étape qui totalisera 280 km, avec 15 000 m de dénivelé positif et autant de dénivelé négatif. La course elle-même sera suivie pour ceux qui le souhaitent par l'ascension du Méra Peak (6 470 m). Alain Jimenez est parti sur le toit du monde participer à cette course, qui se déroule en dix manches, part de Katmandou pour rejoindre les sommets, au-delà des 5 000 mètres. La Gazette a contacté la famille d'Alain, dans le Couserans, pour en savoir un peu plus. C'est, Laurence Jimenez, son épouse, qui s'est fait l'interprète d'Alain.

Comment lui est venue l'idée de participer à ce trail ?
Déjà, l'an dernier il voulait courir l'Annapurna Trail organisé par Bruno Poirier, mais il a dû se résoudre à annuler suite à un accident de travail. Cette année, il est à la retraite, et a donc davantage de temps. Lorsque Bruno l'a rappelé pour participer au Everest Sky Race, il a dit oui de suite. Il est arrivé sur place trois jours avant la course, c'est juste pour s'acclimater à l'altitude.
A-t-il la forme ?
Il est parti dans une forme pétante et redoutait surtout le froid et le passage critique des 4 000 mètres, ne sachant pas s'il le supporterait. Pour le moment, il a passé six étapes et est actuellement 16° au classement général. Il grignote à chaque fois quelques places. Il a un moral d'enfer et est très content de sa participation bien qu'elle soit extrêmement dure.

Vous avez beaucoup de contact avec lui?
Il nous communique de temps en temps par téléphone sattellitaire. Sinon on lui envoie des mails tout les jours.

Avez-vous des sponsors pour cette participation?
Nous sommes notre propre sponsor. Le budget global de cette course représente environ 4 000 euros, ce qui est énorme. Mais lorsqu'on est accro à une passion...

A-t-il fait un entraînement particulier ?
Il s'entraînait tout les jours, c'est une véritable passion qui ne le lâche pas. Il aime les parcours bien pentus, techniques et plein de cailloux. Le pire, c'est qu'il est toujours en forme et que mardi il va me revenir encore plus pêchu. C'est lamentable d'être en si bonne forme (rire). Il n'a pas fait beaucoup plus d'entraînement que d'habitude car il court énormément en temps normal.

À 52 ans, d'où lui vient toute cette énergie?
Ce doit être dans ses gènes. D'ailleurs, il la transmet à ses enfants. Stéphanie a déjà gagné deux fois de suite le Montcalm et se «promène» en montagne. Mon fils de 11 ans, Maël, suit le même chemin. Lorsqu'on lui demande ce qu'il veut comme cadeau pour une occasion, il demande une course en montagne avec son papa, il adore ça. Ses frères Manuel et Antonio sont un peu moins accros. lis aiment la marche en prenant leur temps, un peu comme moi.

Hormis la condition physique, son mental doit être conséquent ?
Il a un moral d'acier et une devise qu'il applique depuis toujours : toujours faire ce que l'on a envie de faire. Il va au bout de ses rêves et de ses limites. Cette année, maintenant qu'il a plus de temps à consa
crer à sa passion, il va participer au Challenge de raquettes et à différnets trails de Midi-Pyrénées. Il n'est pas prêt de s'arrêter.
Pour l'heure, Alain Jimenez se trouve toujours dans la première moitié
du classement. Après avoir grignoté des places jusqu'à la 16', il est
redescendu en 25' position mardi(sur 45), ce qui n'est pas mal du tout
. Le plus important reste de ne pas chuter ou se tordre les chevilles
, choses qui s'avèrent fatales dans ce genre de course.

A son retour en Ariège, nous le rencontrerons pour qu'il nous parle de son expérience et nous livre ses impressions.
(affaire à suivre...)
Article parue dans la Gazette de l'Ariége...
 Mise à jour effectuée le 04/12/2003   

 
Contact | Forum | Liens | Les news | Newsletter

copyright 2002 SPORT09.com